L'ÉVOLUTION DE L'AILE D'OISEAU

Le groupe vertébré des oiseaux ou des aves est sans doute un des plus intéressants du règne animal. Descendants directes des dinosaures, ces animaux ont dominé les airs bien avant l’apparition de l’homme car les premières traces d’oiseaux datent d’un ancêtre commun paru en plein carbonifère, il y a maintenant 330 millions d’années.

 

070522153754-84.jpg

Tous les oiseaux que l’on connaît de nos jours ont des caractéristiques très similaires, mais celles qui nous intéressent le plus pour la réalisation de notre TPE sont notamment les plumes et surtout les ailes.

 

Les origines des celles-ci reviennent à bien des années. Allons voir donc l’histoire évolutive de l’aile d’oiseau au cours des temps.

Selon les scientifiques, les oiseaux sont des descendants directs des dinosaures. Comme on l’a cité avant, les premiers oiseaux trouvent ses origines « proches » aux théropodes, reptiles carnivores dont le genre volant est nommé ptérodactyles. Cependant, les anciens dinosaures terrestres sont aussi à l’origine de l’aile d’oiseau actuelle et les doigts de ce dernier en sont la preuve. 

 evolution-convergente-homologie-john-romanes-domaine-public.jpg

En oubliant la deuxième radiographie, on observe que ce ptérosaure (1) compte quatre doigts et que l’oiseau, lui, en en a trois (3). Sachant que la majorité des théropodes terrestres en possédaient quatre, les doigts présents dans l’aile peuvent nous démontrer la parenté historique entre dinosaures et oiseaux.

 

 

De plus, l’hypothèse de la présence de plumes aux ailes de ptérodactyles n’est pas refusée, car on a aucune trace de peau à cause de la pluie de météorites, mais on a conscience de que quelques espèces de théropodes en possédaient.

L’affirmation définitive des oiseaux comme classe animale va se réaliser grâce à l’évolution des théropodes. La disparition du quatrième doigt ou l’allongement de bras sont des témoins de l’adaptation de ces animaux au vol.

 

 

 

 

 

confuciusornis-4.png

 

Dans l’image si contre, on observe l’ouverture de l’humérus, une autre différence entre dinosaures et oiseaux. Cette séparation des os permet une meilleure mobilité de l’aile.

Cette anatomie si complexe qui les différencie autant des autres espèces animales ont fait beaucoup penser Leonardo Da Vinci. Tout au début du XVIème siècle, il écrit de nombreux carnets et feuillets traitant sur le vol des oiseaux. Le plus célèbre est le Codex sur le vol des oiseaux, écrit vers 1505 et conservé aujourd’hui à la Bibliothèque Royale de Turin.

 

 

 

 

 

Obsédé par les habilitées de ces animaux, Da Vinci réalisera des recherches très détaillées sur les différents mécanismes d’élévation.

Da_Vinci_codex_du_vol_des_oiseaux_Luc_Viatour.jpg (3353×2364)

Voici une double page du Codex sur le vol des oiseaux

 

Cependant, entre 1485 et 1490, Leonard Da Vinci (qui est au service du Duc de Milan Ludovic Sforza à titre d'ingénieur militaire) étudie le vol plané des rapaces. Après diverses expériences, il abandonne l'idée de l'avion à ailes battantes ou oscillantes et se consacre à l'étude d'ailes rigides. Aucun des artefacts volants de Da Vinci ne sera construit, mais ces idées révolutionnaires seront reprises plus tard, ce qui entrainera l’invention des avions.

leonardo-da-vinci-machine-volante.jpgmachine-volante.gifleonardo-da-vinci-helicopter-1.jpg

1653-20leonard-20de-20vinci-machine-20volante-c2-a9-20-20photos-20grimaldi-20forum.jpg

Voici les machines volantes principales idéalisées par Leonard Da Vinci. Ces structures montrent bien les influences du monde naturel ; les similitudes avec les oiseaux et chauvesouris sont évidentes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Date de dernière mise à jour : 22/02/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site